Troubles du sommeil : comment les identifier ?

On parle de troubles du sommeil lorsque la durée ou la qualité du sommeil sont altérées ou perturbées. Trois catégories des troubles du sommeil peuvent être distinguées :

  • Les dyssomnies : sont des insomnies de différents ordres. Cette inaptitude à dormir la nuit peut être d’origine psychologique ou extérieure, c’est-à-dire liée à la prise de médicaments ou à la consommation d’alcool. Ces insomnies peuvent aller jusqu’à 3 semaines, au-delà de cette durée, on parle d’insomnie chronique.
  • Les hypersomnies : sont caractérisées par un excès de sommeil qui se traduit par une somnolence excessive ou un endormissement soudain. Elles sont généralement liées à la prise d’anxiolytiques, à des traumatismes crâniens ou à des infections.
  • Les parasomnies : sont associées à des comportements anormaux durant le sommeil. Elles peuvent prendre la forme de terreurs nocturnes, de somnambulisme, de sommeil paradoxal.

Quels sont les symptômes des troubles du sommeil ?

Les troubles du sommeil sont reconnaissables à travers une série de symptômes, lesquels peuvent être :

  • Des difficultés à s’endormir.
  • Des réveils nocturnes soudains et un éveil matinal trop précoce.
  • Une fatigue chronique durant le réveil.
  • Anxiété et irritabilité : l’individu insomniaque ne parvient pas à se relaxer car tarabusté par un ressassement d’idées fixes et obsessionnelles. Il a tendance à repousser l’échéance de l’endormissement et n’arrive à somnoler qu’à des heures très tardives.
  • Dépression : la personne dépressive se réveille involontairement durant la nuit et perturbe considérablement sa qualité de sommeil.
  • Une altération des performances et des facultés intellectuelles se traduisant, par exemple, par des troubles de concentration et une diminution de vigilance.

Que faire en cas de troubles du sommeil ?

Les troubles du sommeil sont un appel au secours de l’organisme. Pour en guérir, il faut donc en identifier les causes au préalable. Une fois les causes identifiées, les personnes souffrant des troubles du sommeil peuvent adopter les solutions adéquates en fonction de la gravité desdits troubles.

S’ils s’avèrent temporaires et sans gravité, ne nécessitant pas de consultation médicale et de traitement lourd, l’individu peut s’orienter vers des méthodes douces et non médicamenteuses comme :

  • La luminothérapie : une thérapie qui consiste à soigner les troubles du sommeil par la lumière artificielle.
  • La sophrologie : une technique thérapeutique et psychosomatique, plutôt verbale et non tactile, consistant à agir conjointement sur le corps et le mental. Elle se décline en une série d’exercices de respiration, de relaxation musculaire, etc. de sorte à retrouver un état de bien-être.
  • Quelques thérapies cognitivo-comportementales visant à apprendre à rythmer sommeil et éveil.

Il est également conseillé d’adopter une hygiène de vie basée sur des gestes simples au quotidien : ne pas manger trop copieux le soir, éviter les écrans avant de s’endormir et apprendre à se coucher à heure fixe.

Ceci permettra assurément de retrouver le plein pouvoir sur son sommeil et d’éviter tout trouble.